Les pommiers en fleur à l'Institut

Jacques

Sociothérapeute

Je suis entré en poste en 1983 pour prendre de l’expérience pendant quelques années, avec l’idée de retourner aux études par la suite. Résultat : les conditions de travail étaient si intéressantes que j’y suis encore aujourd’hui, et heureux de mon choix!

 

Travailler avec la clientèle spécifique de l’Institut Philippe-Pinel de Montréal est en soi un grand défi à relever. J’accompagne des personnes souffrantes et les vois recouvrir leur santé, leur dignité et leur estime de soi, et ça me procure une grande fierté. Ces patients, souvent très stigmatisés, sont aussi très reconnaissants. C’est valorisant de les voir reprendre le pouvoir sur leur vie. 

De plus, la particularité du milieu engendre des liens solides et essentiels entre les membres des équipes multidisciplinaires, ce qui devient une importante source de soutien et de camaraderie. Pour avoir expérimenté d’autres milieux de travail, je me sens en sécurité à l’Institut puisque nous partageons tous le même but : donner des soins de qualité tout en étant attentifs aux défis qu’apporte notre clientèle.